Yves Bonnefoy et la traduction de Shakespeare: l’épreuve du dialogue